60 ans : Quand le sionisme bat de l’aile…

Publié le par Yaël Mishaëli

L’État juif n’a plus de justification !

Un immigrant assassine trois membres de sa famille, des enfants ont peur d’aller à l’école le matin, d’autres sont maltraités ; on assiste à des viols dans les kibboutz, des pédophiles sévissent dans la ville ; des familles entières de malfrats imposent la terreur tandis que des familles de riches sèment la misère, et tout le pouvoir est pourri de l’intérieur. 60 ans déjà, et pourtant si peu après la Shoa, Yaël Mishaeli se demande ce qui nous reste de l’État juif ?

Par Yaël Mishaëli, Yediot Aharonot (traduction : Jonat)

Soixante ans après j’ose remettre en question le droit des Juifs à un État. Pas ce droit accordé par les nations du monde, mais ce droit éthico-juif, celui qui justifia la grande épopée sioniste qui débuta quelques dizaines d’années avant la Shoa et qui se conclu grâce à elle. Ce même droit qui justifie le prix phénoménal que nous payons pour «  être un peuple libre sur la terre de Sion et Jérusalem ».

C’est ici que je suis née, c’est ici que sont nés mes enfants. C’est ici que j’ai ingurgité et inculqué la doctrine du sionisme laïque (« les Juifs n’ont pas d’alternative - Ein breira », « c’est à cause de l’antisémitisme », Dreyfus, etc.) ainsi que cet additif nationaliste-religieux qui confère à l’État une conception emblématique de « prémices de notre rédemption ». C’est aussi ici que je me suis endormie en me ressassant l’histoire des pogroms en Russie, l’horreur de l’expulsion d’Espagne, et me suis réveillée le matin en pensant aux chiffres bleuâtres sur le bras de mes enseignants du primaire que les nazis avaient gravés dans leur chair, maudits soient-ils.

J’appartiens à la toute première génération née de ce jeune État, qui apprit à légitimer sa création et son existence par toutes sortes de justifications. Cette génération qui rêva et combattit pour un État juif au peuple juif.

Aujourd’hui, en allant me coucher le soir, j’apprends qu’un immigrant russe a assassiné trois membres de sa famille, que les enfants ont peur d’aller à l’école le matin, qu’un jeune éthiopien en a assassiné un autre, que des enfants vont se coucher affamés, pendant que d’autres sont abusés par leurs parents, que certains accidents de la route sont des homicides volontaires ; viols dans les kibboutz, pédophiles dans la ville, ghetto de noirs à Guedera, meurtre d’une femme par son mari, orthodoxes roués de coups par les policiers… une génération entière d’enfants d’immigrants des quatre coins de la terre est complètement désorientée, des familles de gangsters sèment la terreur pendant que des familles de riches répandent la misère, et tout cela en l’espace d’une seule génération, à peine passée, et en me levant le matin je ne vois que haine, plainte, envie et désespoir à chaque endroit et en tout lieu, et c’est ça aujourd’hui l’État juif, l’État des Juifs.

Et à tout ceci il faut ajouter : un pouvoir corrompu, un système juridique litigieux, une police véreuse et faible et une armée inutile ; un ministère des Finances insensible, un ministère de l’Éducation désemparé, des services sociaux en faillite, des associations de femmes et d’enfants qui croulent sous leurs charges, des associations de bienfaisance qui n’arrivent plus à répondre à la demande, un ministère de la Santé malade, un panier de santé déficient et des caisses de maladie cupides ; les anciens de la marine meurent de maladies tandis que les survivants de la Shoa sont humiliés et exploités. Qu’y a-t-il de juif dans tout ça ? Qu’avons-nous dans l’État juif qu’il n’y a pas dans les autres pays ?

Même le « Ein breira - il n’y a pas d’alternative » du sionisme laïc ne suffit plus pour justifier l’existence de l’État. Les Juifs du monde entier vivent plus en sécurité que les Juifs d’Israël.

Mais c’est surtout d’un point de vue moral juif que l’État d’Israël d’aujourd’hui n’a pas le mérite d’exister. L’éthique juive qui repose sur la responsabilité collective, la prise en charge des besoins fondamentaux des défavorisés dans la société, une économie sociale juste, n’existe tout simplement pas ici. Même la morale juive dans le cadre d’un gouvernement discipliné, d’un système judiciaire humble et sage, et d’une considération élémentaire pour tous ses concitoyens, ne fait pas partie des « articles de foi » de l’État d’Israël.

Contrairement à tout ce que nous pensions jusqu’à présent, ceux qui sont restés en Europe après la Shoa ont eu raison, même en Allemagne. Peut-être ont-ils compris que les Juifs n’ont pas réussis et ne réussiront pas à créer un État juif, ou qu’un État juif ne peut-être mieux qu’un autre pays, ou qu’un État juif est la pire des solutions pour le Peuple Juif d’un point de vue culturel, spirituel et physique.

Soixante ans déjà et pourtant si peu après la Shoa, soixante années précisément pour l’État d’Israël, la morale et l’éthique juive n’existent plus, en tout cas pas dans l’État d’Israël. L’État juif n’a donc plus de justification.

[Ce texte assez virulent contre l’État d’Israël est l’expression d’une longue crise identitaire que les Israéliens traversent depuis ces dix dernières années, l’apparition d’une vague post-sioniste n’en est que la conséquence. Israël se pose aujourd’hui la question-clé de la viabilité d’un État démocratique et juif en même temps, consensus clair à la naissance de ce dernier, dans le seul but d’une acceptation unanime de la définition du nouvel État. Cependant, il fut clair pour les pères du sionisme que cette définition de l’État ne devait être que symbolique, c’est-à-dire sans aucune incidence sur la législation israélienne.  Celle-ci ne devait reposer, au début, que sur le droit ottoman et britannique (Common-Law), et certainement pas sur les lois du Talmud. Puis, une constitution devait naître peu de temps après, ne garantissant les lois religieuses telles que le respect du chabbat, celles régissant le mariage, l’exemption de l’armée, et les lois de la cacherout que sous un statu quo (très peu respecté aujourd’hui) amené à être légiféré par la future constitution laïque israélienne. Mais les dissensions entre religieux et laïcs s’accentuant dans tous les domaines de la société, aucun texte constitutionnel n’a été adopté réellement, hormis 14 lois fondamentales depuis 1950, date à laquelle la résolution Harari lança officiellement la rédaction de la Constitution. La situation économique et sociale est catastrophique ; un Israélien sur quatre vit en-dessous du seuil de pauvreté. L’Éducation nationale est désastreuse, et les niveaux de la violence, de l’alcool et de la drogue dans les écoles atteignent de tristes records. La déclaration fracassante de Ben Gourion – à la fois révisionniste, et méprisante envers le peuple juif et sa culture – s’est retournée contre lui et prouve aujourd’hui ô combien il s’était leurré en déclarant en 1947 : « Les diasporas qui se résorbent et s’assemblent en Israël ne constituent pas encore un peuple (!), mais une tourbe hétérogène et de la poussière humaine, sans langue, sans éducation, sans racines (!!!). Transformer la poussière humaine en nation cultivée n'est pas tâche aisée (sic) ».

À l’issue de six guerres israélo-arabes, deux intifada, et sous la menace permanente du terrorisme palestinien et d’une extermination nucléaire venant d’Iran, les Israéliens se demandent aujourd’hui ce qui reste du « foyer sécuritaire » qu’est censé être Israël, alors que finalement on est plus en sécurité en Europe, aux États-Unis ou même en Russie. Il est évident aujourd’hui que rien ne peut justifier après 60 ans d’existence et un bilan aussi désastreux, un retour en terre d’Israël - si ce n’est pour y respecter les lois du judaïsme - c’est la seule définition et justification possible d’un État juif en terre d’Israël. Il est temps que le « peuple installé à Sion » se réveille, change de cap et rebâtisse cet État… avant qu’il ne soit trop tard.]

Publié dans Israël

Commenter cet article

RUBEN 26/11/2008 12:57

Yaël Mishaeli

La Vérité se fait jour

Je pense pour ma part qu'une fois débarassé de sa gange Israel se retrouvera , Israel retrouvera la bonne route................mais bien sur avant cela risque d'etre difficile.................

Lea 12/05/2008 16:26

C'est toujours la vieille meme histoire du verre à moitie vide ou à moitie plein.
L'histoire peut se lire et se rediger de 2 facons.
J'ai toujours prefere les histoires qui se terminent bien.
Evidemment qu'Israel n'est pas epargnee par le debauche.
Doit on pour autant la critiquer en bloc de cette facon.
Lorsque je me reveille, je suis heureuse de voir mes enfants fouler la terre d'Israel. Heureuse de les voir partir, pour certains au Talmud Thora, pour d'autres à la yeshiva et d'autres encore au Tihon.
Nous sommes certains d'avoir fait le meilleur des choix en venant ici.
Je suis emerveillee de toute cette pluriculture,ravie de pouvoir vivre pleinement notre judaisme, de se sentir vrai dans notre veritable place.
Alors bien sur qu'il existe des problemes, à nous de les resoudre. On peut etre pessimiste mais c'est certainement qu'il est dur pour certains d'affronter les difficultes.
Probablement meme que n'importe ou ailleurs ce jugement serait le meme.
Cette analyse est probablement la projection d'un signe de mal etre, une difficulte à projeter des signes positifs dans les situations quotidiennes ou perilleuses.

En relisant notre histoire depuis des millenaires, nul part j'ai souvenance pour le peuple juif qu'il y ait eu d'acquisitions dans la facilite.
Par contre nous nous sommes battus et nous avons gagné, notre vie, notre terre, nos joies et nos tristesses, notre liberté.
Il n'y a jamais eu de bien sans mal, de blanc sans noir.
A nous de creer un equilibre.
Ca n'est pas l'ecole qui eleve nos enfants, mais ce sont nous, les parents.
Ca n'est pas l'etat qui nous forme mais nous, qui sommes responsables de ses actes.
Reflechissons, réparrons nos erreurs et surtout croyons entierement en D...
J'ai vecu l'horreur de la shoa à travers mon histoire familiale.
Je suis persuadee qu'apres 3 annees passees à Auchwitch mon pere z.l. aurait su apprecier à sa juste valeur de vivre en Israel.
Ne reagissons pas comme des enfants gates.
Ne rejetons pas d'un geste tout ce qui nous deplait mais essayons d'elaborer et de creer un systeme encore meileur
Merci

Patricia C 11/05/2008 10:59

Bonjour je viens de lire cette page, je suis impressionnée, j'ai des amis juifs ici et un ami qui est lui en israel a l'armée, j'ai vu des tas de photos je suis allée sur des sites pour faire des visites virtuelles, votre pays est si beau, j'ai envie de le visiter ce que je vais faire justement avec mon amie. Serait il aussi noir que vous le décrivez, peut etre mais sachez que la corruption la misère l'éducation qui fout le camp, les traditions qui se perdent, la misère, les riches les pauvres existent aussi en France et dans d'autres pays. Alors si il faut vivre dans la misère mieux vaut la vivre dans un beau pays ! et puis vous avez traversé tant d'épreuves, il faut du temps pour batir le monde, je sais Dieu a mis 7 jours, mais Dieu lui n'avait pas de mauvaises intentions, il a donc réussi, a ce jour la seule chose qu'il doit regretter c'est d'avoir inventé l'homme, qu'il doit etre déçu !!!!

Voila je souhaite è Israel un bon anniversaire pour ses 60 ans et je lui dis courage il y a de la force et de la tenacité chez vous ! vous l'avez prouvé continuez ! quelqu'un a dit "Le roseau plie mais ne casse pas"

A bientôt ... Patricia

Yossi Kalifa 10/05/2008 23:30

Entierement d'accord
Une seule chose me fait dire qu'israel vaut encore le coup d'exister
c'est le plus grand centre de Thorah au monde
Il n'y a pas un pays qui contient autent de yechivotes batei knessiot bet midrachots, gdolim etc...
alors juste pour ca, pour la proximite (si elle est recherchee) avec cette kedoucha je veux rester
evidemment si quelqu'un vit en dehors d'israel et qu'il est dans une communaute avec un bon rav des chiourim et des havroutot il n'a aucune raison de venir en israel
je profite d'ecrire pour exprimer mon désaccord quant a yom aatsmaout un jour ou l'on devrait encore plus faire des tahanounim et non halel
un jour qu'on devrait transformer en Yom Atorah et pour feter cette soi disante independance

didi 10/05/2008 16:04

Il est temps de prendre du recul, et de regarder autour de soit .Connaissez vous beaucoup de pays comme notre Israel qui en 60 ans a réussi l'incroyable, de réunifiés nos frères venus des quatres coins du monde , moi non.
Bien sur que tout n'est pas parfait,mais qui peu l'etre sur une période aussi courte, en soit l'exploit (voir le miracle) est déjà là.
Juste quelques illustrations de ces exploits ou miracles ,comme ces opérations de sauvetages de nos frères éthiopiens,yéménites,russes..etc
pour eux le Machiah est venu,c'était donc ce petit pays qui venait les sauver.
J'avoue que je n'ai pas été gratifié par un coup de Thora sur la tete dès ma naissance, mais nous nous devons
d'etr unis auprès de notre patrie et comme le disait justement Jose n'ayons pas peur de retrousser nos manches, arretons de nous juger les uns les autres.