Good Bye, Olmert !

Publié le par Moché Yod

Des leaders politiques sans valeurs juives

"Olmertours", le dernier scandale dans lequel se trouve impliqué le futur ex-Premier ministre Ehoud Olmert, nous renseigne certes sur l’homme qui dirigea jusqu'à aujourd’hui l’État d’Israël et sur ses défauts, mais il révèle également les sérieuses lacunes du système.

Par Moché Yod, Hamodia (30.07.08)

 

C

La fin de l'ère Olmert...ontrairement aux autres affaires frauduleuses ou de corruption dans lesquelles Olmert est incriminé, comme par exemple l'achat à tarif réduit d'une luxueuse maison, rue Crémieux à Jérusalem, la dernière enquête entamée contre le Premier ministre devrait être plus rapide et les enquêteurs ne devraient pas avoir beaucoup de mal a établir la culpabilité ou l'innocence de leur client. En effet, dans le cas présent, il suffira de comparer les factures entre elles et vérifier si elles ont été réglées en plusieurs fois par les associations de bienfaisance au nom desquelles a été demandé le remboursement.

 

Mais une fois surmonté le sentiment d'indignation qui peut légitimement s'emparer de nous à la découverte d'une telle affaire, il convient d'examiner certaines données plus en profondeur. Sans vouloir heurter l'opinion publique, une question doit être posée : Ne peut-on justifier dans une certaine mesure le 'geste' présumé d'Ehoud Olmert ? En effet, tous ces voyages, nous-dit-on, ont été effectués au nom d'organisations caritatives telles qu'Akim et Aleh, qui s'occupent d'enfants handicapés, ainsi que Yad Vashem et l'Association pour le bien-être des soldats. Cette prise en charge est logique : la présence du Premier ministre israélien lors des dîners de gala annuels de collecte de fonds à New York a sans aucun doute permis de rassembler des centaines de milliers de dollars, si ce n'est d'avantage. Les dons d'orateur d'Ehoud Olmert, sa chaleur naturelle, sa capacité à taper amicalement sur l'épaule de tel ou tel grand donateur par exemple, ont certainement favorisé l'obtention de contributions solides en faveur des organisations caritatives. Dès lors qu'y a-t-il de scandaleux à ce que ces associations rémunèrent indirectement Olmert en versant à son agence de voyage 6 000 ou 7 000 dollars de frais de déplacement ?! Et même si les mêmes billets ont été plusieurs fois remboursés par différentes associations, serait-ce si anormal qu'un homme « Corrompus, vous nous répugnez ! »d'Etat qui se dévoue en parcourant les continents, profite de ces « frais » pour prendre ensuite quelques vacances méritées avec sa famille ? (...) Et puis, certains diront : pourquoi s'en prendre uniquement à Olmert ? D'autres hommes politiques ont déjà expérimenté les petites faveurs que bien des entrepreneurs sont prêts à leur accorder en échange d'infimes services ... Il n'est pas le premier !

 

Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il existe de nombreuses zones d'ombre dans le domaine de la vie publique et politique et que, dans maintes occasions, la ligne qui sépare le légal de l'illégal ou le moral de l'immoral, apparaît de manière plutôt floue.

 

Il ne s'agit pas, pour nous citoyens, de nous exclamer ou de nous récrier devant les comportements abusifs de nos dirigeants. Le mal est profond, et si l'on veut remédier à la situation désastreuse dans laquelle nous nous trouvons, il faut l'analyser.

 

Le problème avec Olmert, comme avec la plupart des autres hommes politiques d'ailleurs, c'est qu'ils manquent de conviction, qu'ils ont perdu la foi, qu'il n'ont plus d'idéal, qu'ils manquent désespérément de moralité et de valeurs, qu'ils ne recherchent que les plaisirs que leur procure leur fonction. Ils peuvent être capables de parler avec éloquence et ferveur d'une Jérusalem indivisible comme capitale éternelle, mais cela ne les empêchera pas demain de déclarer qu'ils sont prêts à la diviser et à accorder aux Palestiniens la souveraineté sur le mont du Temple. Aujourd'hui, ils peuvent être les meilleurs amis des partis orthodoxes car ils ont besoin d'eux dans telle ou telle coalition mais demain ils s'allieront avec les partis anti-religieux et s'évertueront à détruire tout ce qui est saint. Ils sont prêts aujourd'hui à parler de l'importance historique de la Terre d'Israël mais n'hésiteront pas, demain, à la brader en sachant pertinemment que cela n'apportera pas la paix.

 

« Je quitterai mes fonctions comme il le faut, honorablement, [de manière] juste et de façon responsable, comme j'ai agi durant tout mon mandat » (sic)Voilà pourquoi le public n'a plus confiance en ces hommes politiques, Nos dirigeants sont devenus des hommes de théâtre qui déclament des textes rédigés par leurs experts en relations publiques, fort grassement payés d'ailleurs, en vue de remporter les Césars des élections, un but en soi !

 

Qui doit-on incriminer ? C'est triste à dire, mais il faut reconnaître que les Israéliens sont en grande partie responsables. Leur choix se porte immanquablement vers les 'charismatiques' au détriment de ceux qui véhiculent les véritables valeurs, celles de notre tradition, de notre Torah, celles qui ont permis au peuple juif de se maintenir. C'est donc à l'électorat israélien en priorité de prendre conscience de ses erreurs, C'est à lui de redresser la barre et de restaurer les valeurs qui ont fait la gloire d'Israël. C'est à lui de savoir discerner entre les belles paroles de ces politiciens et leurs réelles intentions. C'est là, assurément, le message à tirer de la démission aujourd’hui d'Olmert qui prendra effet le 17 septembre.

Publié dans Actualité

Commenter cet article